Les Combini 「コンビニ」

Combini Lawson. Sur l'enseigne : vente d'alcool et distributeur automatique.
Combini Lawson. Sur l’enseigne : vente d’alcool et distributeur automatique.

Seven Eleven, Lawson, Family Mart, AM PM… A travers cette galaxie de noms à consonance anglaise se cache un des phénomènes de société les plus intéressants du Japon, celui des « Combini », ou コンビニ.
Les Japonais aiment utiliser des termes étrangers et ils affectionnent encore plus s’adonner à la torture linguistique de ces derniers. Une des méthodes les plus répandues consiste à trouver une victime verbale puis à la découper afin de lui donner une identité toute japonaise.
De cette manière, « personal computer » (PC) est devenu au Japon « passocon » et « air conditionner », « eicon ».
Le terme « combini » a pour origine linguistique le mot anglais « convenience store », soit « magasin de commodité » en français. Le son « v » reste imprononçable pour tout Japonais qui se respecte qui le remplace automatiquement par un « b ».
On l’aura compris le combini est un concept créé dans le monde anglo-saxon et plus précisément aux États-Unis.
Alors pourquoi consacrer un article, dans un blog dédié au Japon, à une création d’outre-Atlantique ?
Et bien tout d’abord, car ces épiceries franchisées – car c’est de cela que l’on parle – sont partout au Japon, absolument partout.
Il ne faut pas plus de 5 minutes à tout individu se trouvant dans une zone urbaine au Japon pour apercevoir une, voire plusieurs de ces enseignes aux lignes horizontales hautement colorées.
Et attention, un « 7-Eleven » peut facilement cacher un « Lawson » qui cachera lui-même un « SunKus ». Les combini sont placés aux endroits stratégiques et la concurrence fait rage.

L’autre point incroyable, faisant de ces magasins un phénomène endémique est la quantité astronomique de services proposés.
Le service au Japon est réputé pour sa grande qualité et est toujours associé à un accueille exemplaire. Imaginez alors un lieu, pas si vaste que ça, très propre dans la majorité des cas, où vous trouveriez de quoi vous restaurer, la presse, du tabac, des produits pharmaceutiques et para-pharmaceutiques, des fournitures de bureau, des vêtements de dépannage pour « salarimen » (chaussette, cravates), ainsi qu’une multitude de repas à déguster en vitesse.
Mais la liste des possibilités ne s’arrête pas là. Le commerce préféré des Japonais permet aussi de commander et de récupérer des tickets de concert, de faire photocopies, fax et autres impressions, d’acheter des cartes téléphoniques et même de régler ses factures de gaz et d’électricité. La liste n’étant pas exhaustive.
Maintenant si je vous dis que ces magasins n’ont aucun jour de fermeture dans l’année, qu’ils sont ouverts 24h/24 et que les prix pratiqués sont quasi similaire à ceux de grande surface. Oui, vous ne rêvez pas…
Alors que notre doux pays se pose la question de l’ouverture le dimanche de certaines catégories de commerces et que notre belle capitale a vu, en l’espace de quelques années, des magasins tels Franprix ou Leader Price passer d’une horaire de fermeture de 19h00 à 22h00 avec ouverture banalisée le dimanche et les jours fériés ; le Japon, lui, a doté ses villes et ses campagnes de magasins ne dormant jamais depuis voilà plus de 20 ans.
Je ne vais pas vous surprendre, le salarié moyen de combini est jeune. Il est de temps en temps étudiant, souvent chez ses parents, ordinairement en situation précaire.
Accessoirement, ce jeune peut être remplacé par un senior dont la retraite, trop maigre, l’empêche de finir le mois.
Quoi qu’il en soit, il ne dépasse que rarement les 8 heures par jour contrairement au manager à qui il arrive de faire le double. Les horaires de nuits sont majorées.

La franchise la plus rependue reste le 7-Eleven. Cette entreprise a, depuis mars 2007, dépassé avec plus de 32 000 unités la société McDonald’s en nombre de magasins présents à travers le monde. Et devinez quoi, c’est au Japon que 7-Eleven est le plus implanté. Il accueille sur son territoire, plus de 13 300 combini dont 1 577, rien que dans la préfecture de Tôkyô.

L'intérieur d'un combini.
L’intérieur d’un combini.

La société Japonaise a, ces 15 dernières années, énormément évoluée. Les causes étant aussi complexes que nombreuses, limitons nous aux faits que les crises de 1990 et de 2008 ont affaiblis le Japon et bouleversés les changements sociaux. Aussi, cette société réputée pour son faible taux de criminalité s’acharne depuis quelques années sur les combini, bien implantés dans tous les quartiers.
Une étude réalisée en 2006 révèle que les gérants de combini ont dû appeler la police près de 49 000 fois.
Le plus gros de ces infractions restent le vol à l’étalage mais les incivilités en tout genre sont en expansion. De plus en plus de Japonais se comporte de manières non convenable et n’hésitent pas à piocher dans les article ou utiliser le maquillage en vente.
De plus, à la moindre insatisfaction, certains client vont jusqu’à menacer le gérant du combini d’en déférer directement à la maison mère.

Alors, le combini, reflet d’une société de plus en plus souffrante et frustrée ayant besoin de se défouler ?
Quoi qu’il en soit, dans un pays qui ne possède pratiquement aucunes poubelles publiques, le combini et ses diverses réceptacles à ordures situés devant le magasin reste une bénédiction pour le promeneur.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Une réponse à “Les Combini 「コンビニ」

  1. Amina

    Les combini? C’est magique!!!!
    Quand un japonais me demande ce qui m’a le plus marqué au japon, je réponds automatiquement les COMBINI!!!!!!!!!!!
    Mais c’est tellement pratique!!!!
    コンビにパワー

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s